...................

...................
"" ..........Si on ne parfumait, pas la vie, avec de l'amour, le plus d'amour possible, mignonne, comme on met du sucre dans les drogues, pour les enfants, personne, ne voudrait la prendre telle, qu'elle est..."

Les soeurs Rondoli et autres contes sensuels

MAUPASSANT..


NE CHERCHE PAS LE CHEMIN DU BONHEUR,
le chemin, c'est le "bonheur"

samedi 29 janvier 2011

MADAME marie DE HENNEZEL.............



Marie de Hennezel est née le 5 août 1946 à Lyon. Elle est la cinquième d'une famille de onze enfants. Elle a trois enfants, et quatre petits enfants.


Après avoir fait des études de langues et enseigné l'anglais aux élèves du secondaire ; elle est retournée à l'université pour y achever un DESS de psychologie clinique et un DEA de psychanalyse.


Sa carrière de psychologue commence en 1975. La loi Veil sur les interruptions volontaires de grossesse vient d'être votée. Des vacations de psychologues sont crées dans les bureaux d'aide sociale. C'est dans le cadre de ces consultations de planning familial que Marie va écouter pendant 7 ans des femmes en détresse. Puis, elle obtient un poste de psychologue dans un hôpital psychiatrique à Villejuif. Elle y travaille trois ans auprès de grands psychotiques.
En 1986, lors d'un déjeuner amical avec François Mitterrand, alors président de la république, celui ci lui parle des travaux d'une commission ministérielle sur l'accompagnement des mourants et du projet de création d'une unité de soins palliatifs pilote à l'ancien hôpital universitaire (aujourd'hui Institut Mutualiste Montsouris) à Paris.
François Mitterrand lui propose alors d'intégrer la première équipe de soins palliatifs en Europe continentale. Cette équipe, dirigée par le Docteur Abiven, est entièrement volontaire. Marie participe à la formation des soignants qui se réunissent régulièrement en attendant que s'achèvent les travaux de ce petit service (12 lits) destiné à accueillir des personnes en phase terminale d'une maladie mortelle.


Dans un monde marqué par le déni de la mort, où trop souvent les gens meurent dans la solitude, le silence et l'abandon, cette création représente un formidable défi : montrer que l'on peut mourir dans des conditions humaines, dignes, sans souffrances intolérables, entourés de sa famille et de ses amis.


C'est l'expérience acquise dans ce service que Marie relate dans "la mort intime" (1995), préfacé par François Mitterrand, quelques mois avant sa mort.


Elle y raconte aussi certains moments forts vécus pendant les deux ans (1990-1992) qu'elle a passé au sein de l'unité de soins Sida, dirigée par le Docteur Tristane de Beaumont à l'hôpital Notre Dame du Bon secours. C'est l'époque noire du Sida, où de nombreux jeunes gens meurent dans les hôpitaux, remettant en question médecins et soignants démunis, car trop pris dans l'illusion de la toute puissance médicale.
Devant l'immense besoin d'accompagnement psychologique et spirituel des personnes touchées par le VIH, Marie de Hennezel fonde en 1992, avec Jean-Louis Terrangle, l'Association Bernard Dutant - Sida et Ressourcement. Son objectif est d'accueillir ceux qui, condamnés par la médecine, conscients d'avoir un temps limité à vivre, sont en quête de sens.
Avec l'évolution des nouvelles thérapies, le Sida devient une maladie chronique et l'Association Bernard Dutant, aujourd'hui basée à Marseille, s'oriente vers des activités de ressourcement pour "prendre soin de soi" (week-ends de marche, théatre, soirée de partage).
Depuis le succès de " la mort intime " (traduit en vingt langues) Marie continue à écrire pour transmettre son expérience et contribuer au changement des attitudes face à la mort. Elle participe à des congrès internationaux, des séminaires de formation, donne des conférences.
Sa formation universitaire (DESS de Psychologie Clinique et DEA de Psychanalyse à Paris VII) s'est enrichie de formations personnelles auprès notamment d'Elie Humbert (ancien président de la Société Française de Psychologie Analytique), de l'américain Richard Moss, de Frans Veldman, fondateur du CIRDH, Centre International de Recherche et de Développement de l'Haptonomie.
Sa formation à l'Haptonomie a été essentielle dans l'approfondissement des qualités de contact et de présence, si nécéssaires dans le soin et l'accompagnement des grands malades et des mourants.
En 1999, Marie de Hennezel a reçu les insignes de Chevalier de la Légion d'Honneur, sur proposition du premier ministre Lionel Jospin; ils lui ont été remis par Soeur Emmanuelle.
En octobre 2002, Jean-François Mattei, Ministre de la Santé, de la Famille et des Personnes Handicapées, lui confie une mission sur la fin de vie
Un rapport "Fin de vie et Accompagnement" est remis au ministre le 16 octobre 2003.
En mars 2003, Jean-François Mattei, Ministre de la Santé, de la Famille et des Personnes Handicapées, lui remet les insignes d'Officier de l'Ordre National du Mérite.
Le 17 décembre 2003, elle est auditionnée par la mission parlementaire d'information sur l'accompagnement de la fin de vie. Cette mission a proposé une loi sur les droits des malades et la fin de vie qui a été adoptée par le parlement le 30 novembre 2004.
Lire le procès-verbal de la séance.

Le 26 mars 2006, elle est invitée par Monseigneur André Vingt-Trois à donner une conférence à Notre Dame, sur le thème du "Mourir", dans le cadre des prestigieuses Conférences du Carême.
Elle a été chargée de mission auprès de Xavier Bertrand, Ministre de la Santé et des Solidarités. Dans le cadre de sa mission, elle a effectué un tour de France des régions, en appui des Agences régionales d'hospitalisation (ARH) et des DRASS, pour informer et sensibiliser les professionnels de santé confrontés aux fins de vie à la culture palliative
Elle est membre du Comité national de suivi du développement des soins palliatifs et de l'accompagnement (CNSSA).
En septembre 2007, son rapport de mission "La France palliative" a été remis à Madame Roselyne Bachelot. Ce rapport fait l'état des lieux de l'avancée de la culture palliative en France.
Depuis septembre 2008, Marie de Hennezel anime régulièrement des séminaires sur "l'art de bien vieillir" pour la Caisse de retraite des professions du spectacle, de l'audio-visuel et de la presse, .....

BIBLIOGRAPHIE, provenant de :
http://www.versilioslog.com/mariedehennezel/biographie


                                

             



6 commentaires:

***Isabelle*** a dit…

une femme admirable de par son engagement et ses actes...tout comme toi mimi fourmi...
mega bisounet

Marité a dit…

Elle t'impressionne cette Grande Dame.
Oui, elle fait partie de ton domaine.
Beau dimanche. BISOUSssssssssss

la fourmi....... a dit…

coucou,
ISA,
pour MME DE HENNEZEL,
c'est vrai, elle est formidable...
ses livres sont trés abordables,
j'adhére a sa maniére de voir les choses,
et ls fin de vie...
méga bisous,
a toi, itou, ma toute belle....
aplusmapuce

coucou,
MARITE,
c'est vrai,
j'ai a coeur
qu'elle soit connu,
elle le mérite..........

beau dimanche a toi, bisoussssssssssssss

Gwendoline a dit…

il y a du "travail" dans ce domaine! et chaque engagement est utile!

NiNa-Lou a dit…

Voilà ce qu'on peut appeler une belle personne... Elle mérite certes d'être connue, mais beaucoup d'autres, à leur niveau, anonymes, sont aussi admirables dans le don quotidien qu'ils font d'eux-mêmes auprès des personnes en fin de vie...
Merci pour ce beau partage, Claire au grand cœur...
Je te souhaite une bien belle et douce semaine !
Plein de gros bisous...
NiNa-Lou

la fourmi....... a dit…

coucou,
GWENDOLINE,
c'est vrai,
il y a encore du travail,
mais la,
ou l'aide est présente,
elle est sincére, et la meilleure possible,
du moins,
pour ce que je peux en témoigner...
bisess

coucou,
NINA,
je suis contente de te voir....
(si on peut dire).....hihihi
tu as raison,
chaque personne qui aide,
a une belle importance...
je crois que méme si le chemin est encore long,
pour que la prise en charge de la fin de vie soit,
sans faute,
nous sommes sur la bonne voie,
et c'est déja, bien...trés bien....
belle,
trés belle semaine a toi..
big bisousssssssssssss claire